Cameroun-Ligue 1 : Voici les résultats de la 18e journée

Le championnat de football de première division a franchi sa dernière borne hier dimanche 28 avril 2019 avec le déroulement de plusieurs rencontres sur l’étendue du triangle national. Voici les résultats complets et le classement au terme de la 18e journée :

Il faut dire que les play-off débuteront le 5 mai prochain.

Cameroun-Ligue 1: Unisport du haut-Nkam ne parvient pas à renouer avec la victoire

Battu mercredi dernier (1-0) par la formation de Feutcheu, le flambeau de l’ouest a concédé un match nul (0-0) ce dimanche 14 avril 2019 à Bafoussam face à Stade Renard de Melong lors de la rencontre comptant pour la 15e journée du championnat de football de première division. Une contre performance qui maintient Unisport du Haut-Nkam dans la zone rouge. Unisport du haut-Nkam doit se réveiller pour éviter la relégation étant donné que trois clubs seront relégués et il ne reste plus que trois journées à disputer.

Dans les autres rencontres l’on a enregistré les résultats suivants:

Apejes 1– Colombe 0

Avion 1 – PWD 0

Coton 5 – New-Stars 1

Dragon 0 – Union 0

As fortuna 2 – Fovu 1

UMS 1 –Astres 0

Feutcheu 2 – Yong sport 1

COUPE DU MONDE FÉMININE 2019: Le Cameroun logé dans le groupe E

Le tirage au sort des 24 équipes devant prendre part au mondial 2019 qui se déroulera en juin prochain en France s’est déroulé le week-end dernier à Grenoble en France. Les pouliches de Joseph Ndoko évolueront dans le groupe E.

Après avoir défendu les couleurs du Cameroun sur la scène continentale, les pouliches de Joseph Ndoko vont défendre cette fois si le vert rouge jaune à l’échelle mondiale dans le cadre de la coupe du monde de football féminin qui se déroulera en terre française en juin 2019.

Le match d’ouverture opposera à Paris la capitale française le pays hôte la France à la Corée du Sud le vendredi 7juin 2018 à 21h.

Le Cameroun effectuera sa première sortie dans cette compétition le lundi 10 juin 2019 au stade de la Masson à Montpellier à 21h heure de France. Les lionnes indomptables affronteront au cours de leur première rencontre leur homologue du Canada.

Rodrigue Djengoue.

FECAFOOT: Qui succédera à Tombi Aroko?

La liste définitive des candidats qui vont prendre part dans les tout prochains jours à l’élection au poste de président de la fédération camerounaise de football a été dévoilée vendredi dernier.

Sept grandes figures bien connues du football Camerounais prendront part à cette élection. Il s’agit de :

Joseph Antoine Bell,

Emmanuel Bissong,

Franck Happi,

Emmanuel Maboang Kessack

Seidou Mbombo Njoya (Qui a été le premier candidat retenu et qui bénéficie du soutien du grand 9),

Daniel Nyamsi,

Et Patrick Hervé Tchinda.

Il faut dire que les candidatures de Robert Penne et de Manuel Boyomo ont été malheureusement rejetées.

Djenrode.

Cameroun: Voici la revue de la presse hebdomadaire

Au cours de cette semaine qui s’achève, la presse écrite au pays de Roger Mila a essentiellement consacré ses grandes unes et même ses petites unes au retrait de l’organisation de la CAN Total 2019 à l’Afrique en miniature. Une décision de la CAF qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive au sein de l’opinion

Cette semaine le journal Diapason a titré à sa grande une : RETRAIT DE LA CAN: « Des têtes doivent tomber »

On n’espère que la force de l’expérience va prêcher par l’exemple en sanctionnant avec la dernière énergie l’inertie qu’il a tant décrié dans son gouvernement. Une inertie qui a visiblement causée le retrait de la CAN 2019 au Cameroun. Nous croisons les doigts et attendons de voir dans les prochains jours les têtes qui vont tomber. Nous espérons que cette fois si le régime de Yaoundé ne se contentera pas simplement d’ouvrir les enquêtes.

Cette semaine l’hebdomadaire Expression Économique a titré à sa grande une: Retrait de la CAN 2019: Perte d’1 million de touristes et…

Le Cameroun pays en voie de développement s’est offert le luxe de laisser glisser entre ses mains une grande opportunité de booster son tourisme et dans la foulée son économie en se faisant retirer la CAN 2019. Et pourtant on rabachait les oreilles du peuple avec la célèbre phrase  » Le Cameroun sera prêt le jour dit. » Il faudra que nos  » Grands dirigeants impliqués dans cette banqueroute payent la note en vendant toutes leurs voitures de luxe et grands immeubles pour compenser les 1000 milliards de perte. Chers messieurs les dirigeants assumez vos erreurs. Pas question pour le peuple de payer d’avantage d’impôts.

CAN 2019: Qui perd gagne… A titré cette semaine à sa grande une le journal Baromètre.

Le Cameroun a perdu la CAN 2019. Cependant que va gagner le Cameroun ? Le journal contient peut-être la réponse.

Qui va donc surveiller ces 107 milliards de FCFA le quotidien de l’économie ???

Retrait de la CAN au Cameroun : Le gouvernement se plie à la décision de la CAF. C’est la grande une du quotidien Le Jour. A l’issue d’une réunion présidée par le premier ministre Camerounais, le gouvernement Camerounais a jugé judicieux de renoncer à l’idée de saisir le TAS pour contester la décision de la CAF du 30 novembre dernier.

En tout cas les autorités de Yaoundé n’avaient pas trop le choix. Nul n’est au dessus de la loi.

Cette semaine le quotidien émergence a titré à sa grande une : Grands travaux : La Banque mondiale accuse le Cameroun de sur facturation.

Les mauvaises habitudes ont la peau dure dit-on souvent. L’on apprend que concernant le projet de construction des infrastructures de la CAN le prix du camion de sable était nettement supérieur au prix pratiqué sur le marché local au Cameroun même son de cloche avec les prix des sacs de ciment. Chose curieuse les acteurs de cette sur facturation ne sont jamais inquiétés pour rendre compte au peuple Camerounais. l’État serait t-il devenu une vache à lait, une machine à sous? Ou alors un instrument pour exploiter le peuple ?

CAN 2019: Les exécuteurs du Complot. Autopsie d’une mafia tentaculaire. A titré le journal L’INDEPENDANT.

Ces exécuteurs tout comme les Salauds a la Une du journal Le Point doivent rendre gorge fut-ils premier ministre…

La proie soutient son bourreau curieux. En tout cas c’est ce que les lecteurs ont découvert cette semaine à la une du journal infoMatin qui a titré Coup de théâtre. Le gouvernement soutient Ahmad Ahmad.

Un véritable coup de théâtre. Qu’est-ce qui justifie ce revirement ?

Certains « messies » veulent sauver le football Camerounais. C’est l’idée qui se dégage de la grande une du quotidien le messager paru en kiosque cette semaine.

L’élection est généralement le moment où les candidats embarrassent les électeurs avec des projets pompeux. Une fois au pied du mur tel un maçon, ils commencent à faire la philosophie et la démagogie.

Quelle leçon pour les électeurs ?

VOX POP: Que pensez vous du retrait de la CAN 2019 au Cameroun ?

La nouvelle du retrait de l’organisation de la coupe d’Afrique des nations édition 2019 au pays de Samuel Eto’o Fils est tombée le vendredi après-midi 30 novembre 2018 tel un coup de massue à l’issue de la réunion du comité exécutif de la CAF qui s’est tenue à Accra la capitale ghanéenne. Une décision qui a entraînée une avalanche de réactions. Quelques citoyens camerounais ont accepté de partager leur avis sur cette actualité.

Jean Eyebe Ngoa: Nous venons de recevoir la gifle du siècle. La pilule est dure à avaler certes mais de là à se réjouir comme beaucoup le font sur les réseaux sociaux, je pense qu’ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Chers frères le tour si ce ne sera plus que la ceinture qu’on va serrer mais aussi les os et les reins vont se couper.

Déjà la dernière conférence de Ndjaména mettait les pays de la zone franc en garde pour inverser la courbe de la croissance au risque de voir le Franc CFA dévalué. Mais ils ont fait le  » ABEK ABEK  » (supplier en pidgin ) de nouveau cette menace y plane toujours. Ajouté à ça le poids d’une CAN ratée avec des conséquences qui seront sur le plan économique. Qui payera ces dettes? Et bien c’est la jeunesse d’aujourd’hui et nos enfants. Alors prenons conscience de cela et réagissons. Pour une fois cessons la gabegie étatique pour tirer les vraies leçons du passé, pour mieux construire le futur.

Tiger Woodings: Le seul responsable c’est le président de la république. Inutile de déranger les autres camerounais. Pas de dialogue au Noso ( Nord-ouest et Sud-ouest du Cameroun secoués par la crise anglophone) mal gouvernance, pas de conseil ministériel, pas de descente sur le terrain etc. Mais comme c’est impossible de démissionner ou de prendre une retraite au Cameroun, voilà.

Adrienne Simo: Pourquoi n’avons nous pas construit les stades deux ans plus tôt ?

Justin Kouossu: Nous ne subissons que les retombées de la mal gestion de ce gouvernement. Je m’y attendais.

Alain Emmanuel Tchokwoha: Pourquoi le Cameroun n’a pas saisi le TAS (Tribunal arbitral des sports) après le changement du cahier de charge ? Hamadou Babba Abdouraman l’avait demandé et nos dirigeants ne l’ont pas écouté.

Eric Nguimbous : C’est une gifle bien appliquée sur mon pays. Mais les camerounais doivent faire preuve de grandeur comme nous le faisons toujours dans les moments difficiles. Des critiques à chaque fois ne construisent rien du tout. Il y a un temps pour des critiques et un temps pour les faire taire.

Wan Feyin: L’organisation de la CAN est une fête malheureusement, le Cameroun ne peut organiser une bonne fête quand il est en guerre.

François Patrice: J’ai peur qu’un malheur ne vienne jamais seul. Et je me dis, on pourrait subir une disqualification pour les prochaines échéances sportives si la loi et les conditions sur l’organisation de cette fête africaine n’ont pas été respectées. En plus nous ne sommes pas encore qualifiés pour 2019. Just wait and see.

Nick de Yemy: A mon avis, on aurait dû refuser cette CAN lorsque Ahmad Ahmad a changé les règles en cours de jeu en portant le nombre de participants à 24 équipes. Malheureusement, comme dans mon pays on ne sait pas démissionner, on n’a cru pouvoir réaliser les 12 travaux d’Hercule pour organiser cette Compétition. J’apprenais vendredi dernier que l’organisation de cette CAN a coûté au Cameroun pas moins de 1000 milliards de francs CFA. Je me demande à hauteur de combien le Cameroun s’est endetté pour cet événement. Les investissements réalisés jusqu’ici vont-ils être rentabilisés ?

Propos recueillis par Rodrigue Djengoue.