CAN FÉMININE 2018: Aboudi Onguene « Je pense que le Nigeria ne nous a jamais gagné »

Le match de la première demi-finale de la CAN Ghana 2018 opposera ce mardi 27 novembre 2018 les lionnes indomptables du Cameroun à leur homologue du Nigeria. Lors de la conférence de presse d’avant match qui s’est déroulée hier lundi, la pouliche de Joseph Ndoko a laissé entendre que ses coéquipières et elle s’étaient psychologiquement préparées depuis Yaoundé à rencontrer le Nigeria sur leur chemin durant cette CAN au Ghana. Interview.

« Je ne pense pas qu’il y a une préparation mentale spécialement pour ce mach. Nous avons été mentalement préparées au Cameroun pour pouvoir jouer ce match. Nous sommes à la porte de notre quatrième match, le morale est le même et les ambitions elles n’ont pas changé, c’est de traverser ce tour et se retrouver en finale. Je dirais que de nos jours on ne joue plus avec des résultats sur le papier. Nous avons eu une coupe d’Afrique où nous avons eu les plus grandes surprises. Si on s’arrête sur le Cameroun, en onze confrontations le Cameroun a gagné trois. Je ne pense qu’on devrait même avoir notre place ici. Le football c’est un sport où il y a tellement de surprises. Nous l’avons encore vécu cette année avec cette coupe d’Afrique où je suis sûre que parmi vous tous là ce dernier carré il y a beaucoup de surprises donc il n’est jamais interdit de rêver, jamais interdit d’aller au fond de nos tripes pour pouvoir arracher ce qui nous évite depuis tant d’années. Je dirais nous avons joué moi personnellement j’ai joué deux finales déjà contre le Nigeria et si on s’en tient aux péripéties, je pense que le Nigeria ne nous a jamais gagné lorsqu’on dit qu’on joue au football. Vous savez que le football c’est un sport. Lorsque deux équipes comme le Nigeria et le Cameroun s’affrontent c’est sur les détails et nous avons toujours perdu sur les détails avec le Nigeria. Je pense que cette année nous avons essayé de rectifier tous ces détails et le match de demain ça sera beaucoup plus tactique et ça va se jouer sur les moindres détails parce que lorsque deux équipes comme je le disais tantôt s’affrontent, on corrige juste les erreurs que l’adversaire a commises. »

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

Cameroun-Revue de la presse: Les titres de ce lundi

La presse écrite camerounaise de ce lundi 26 novembre 2018 s’est consacrée à…

A la une du quotidien émergence : Régions anglophones : Les séparatistes massacrés par l’armée

26 parmi eux ont mordu la poussière apprend t-on .

Faut-il craindre des représailles de la part des séparatistes? Les séparatistes accepterons t-ils enfin de capituler ? Telles sont les questions qui me taraudent l’esprit.

Hum qui était l’agresseur d’Obama ?

A la une du quotidien la Météo : septennat des grandes opportunités : La rupture ?

De quelle rupture s’agit t-il? La rupture des grandes ambitions ?

SUD-OUEST DU CAMEROUN : confusion autour de l’assassinat d’un prêtre kenyan. C’est la grande une du journal Intégration.

En tout cas nous attendons les clarifications des autorités judiciaires camerounaises. Toutefois nous nous posons la question de savoir pourquoi les hommes d’église sont-ils très ciblés dans le cadre de cette crise anglophone

A la une du journal l’anecdote : ASSASSINAT D’AVENIR AVA: 03 SUSPECTS INTERPELLÉS.

On espère que l’enquête ouverte sera refermée et que le ou les véritables coupables de la mort de l’artiste musicien assassiné il y a de cela quelques jours au petit matin à son domicile payeront pour leur crime. Repose en paix l’artiste. Même tes meurtriers finiront un jour par mourir… « Que celui qui me tue ne reste pas mourir chantait Longue Longue… »

2018-2025: Les grandes incertitudes du septennat. C’est la grande une du journal Repères.

En tout cas les citoyens camerounais attendent les grandes inaugurations…

Gouvernance, Mémoire, Patrimoine : Comment conservons-nous nos archives ? C’est la grande Une du journal L’essentiel

Nous les conservons… Mais pas comme notre argent.

Fecafoot : Joseph Antoine Bell candidat à la présidence. C’est la petite une du journal L’essentiel.

Espérons que l’ancien gardien de but des lions indomptables gagnera enfin les élections cette fois-ci.

Demande d’invalidation du plébiscite de 1961: Les sécessionnistes déboutés. C’est la grande Une du journal à capitaux public.

Ah oui quand une grande puissance encense le régime de Yaoundé, le Mincom ne fait aucune sortie. Mais si la Grande Bretagne rendait justice en faveur des sécessionnistes. Le Mincom allait faire une sortie médiatique pour crier au complot et à la déstabilisation du Cameroun. Quelle ironie…

Alerte: Des importateurs de sucre dans une période amère. C’est la grande Une du quotidien de l’Economie.

Il faut protéger la production locale. voilà la phrase fétiche qui est généralement servi aux importateurs. Mais comment protéger la production locale quand celle-ci est insuffisante ? Là où le bas blesse c’est que ce sont les consommateurs qui sont généralement les souffre douleurs de cette bataille des capitalistes. Conséquence on enregistre régulièrement la pénurie sur le marché.

A la une du journal l’oeil Du Sahel:

DOCUMENT : Le Gâteau national et la part de chaque département dans la victoire de Paul Biya.

Il y a un adage au pays qui dit « Politique na’a Djangui » . Le prince va certainement récompenser tout ceux qui ont contribués à sa victoire en leur offrant des postes juteux… Les membres du G20 sont certainement dans l’attente… Pendant ce temps le peuple va continuer à souffrir avec l’augmentation des impôts. Pauvre Cameroun !

CAN 2019: La livraison du stade de Japoma reportée

Initialement prévu pour être livré en décembre 2018, la livraison du stade de Japoma en pleine construction dans la capitale économique du Cameroun n’aura plus lieu au douzième mois de l’année courante. Les responsables de la société turque l’ont fait savoir jeudi dernier au ministre de la communication Issa Tchirouma Bakary qui a effectué le déplacement sur le site du chantier pour visiter les installations et s’assurer que le dispositif technologique pour la diffusion du signal audiovisuel est installé. Selon le chef du projet du stade de Japoma, ce chantier ne pourra être livré qu’en mars 2019 soit 3 mois avant le coup d’envoi de la CAN 2019.Au cours de cette visite, la traductrice du chef de projet Pacy Sibafo s’est exprimée face à la presse. Interview.

« La livraison des travaux normalement est prévue pour le mois de mars, courant mars 2019. Mais quant à ce que le chef nous promet, cette échéance peut être courte. On peut livrer le stade à la fin du mois de février. Bon quand nous parlons de février, nous parlons de la mise en service et des essaies. Mais bien avant, le stade peut déjà être utilisé. »

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

CAN GHANA 2018: Raïssa Feudjio « Ce sera comme un clash des titans »

Au terme de la conférence de presse d’avant match qui va opposer demain vendredi les lionnes indomptables à leur homologue du Ghana, la pouliche de Joseph Ndoko qui a pris part a ladite conférence a livré ses impressions à la presse sportive. Interview.

Comment entrevoyez-vous la rencontre de demain face au Ghana ?

Raïssa Feudjio: Je pense que ce sera un grand match. Ce sera comme un clash de titans, ce match contre le Ghana. On compte gagner pour nous qualifier pour les dem-finales.

Raïssa F. : Je pense que ce sera un grand match. Ce sera comme un clash de titans, ce match contre le Ghana. On compte gagner pour nous qualifier pour les demi-finales

Comment vous vous étés préparé pour ce match ?

Raïssa F. : On l’a préparé comme un dernier match de poule. On est concentré pour gagner ce match

Quelle est l’ambiance dans le groupe ?

Raïssa F. : Nous sommes toutes heureuses. Nous sommes comme des lions, nous sommes concentrées pour le match de demain.

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

CAN GHANA 2018: Joseph Ndoko salue la victoire de ses pouliches

Les lionnes indomptables ont battu leur homologue d’Algérie hier mardi 21 novembre 2018 sur le score fleuve de (3-0) à Accra. Au terme de cette rencontre, le coach a livré ses impressions face à la presse.

« Ce que j’ai dit aux joueuses c’est ce que j’avais dit au départ. La différence s’est faite au niveau du faite qu’au match passé c’était le début. Et que pour chaque début, il y a souvent des intégrations qu’on s’impose pour s’exprimer. Et au fur et à mesure qu’on avance… Vous avez vu la deuxième mi-temps du match passé, c’était nettement mieux et on n’a dit qu’il fallait revenir avec la même performance de la 2e mi-temps du premier match. Et je pense qu’à ce niveau les filles ont compris. Il faut rester soit même. Ne pas mettre les enjeux. Mais beaucoup mettre le jeu en prenant plaisir. Et si on prend plaisir, on va mieux s’éclater. On l’a vu ce soir. »

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

CDM Uruguay 2018: Mefire Viviane exprime sa joie

Au cours de leur deuxième sortie le samedi 17 novembre dernier au mondial des U17 qui se déroule en terre uruguayenne, les pouliches de Stéphane Ndzana se sont imposées sur l’Allemagne (1-0). Au terme de cette rencontre, la capitaine des lionnes U17 s’est exprimée face à la presse sportive. Interview.

« Nous sortons de notre deuxième match de poule contre l’Allemagne qui s’est couronné par (1-0). Cette victoire nous ne l’avons pas attendu. Notons que c’est la première de l’équipe du Cameroun dans cette compétition depuis 2016 année de sa première participation. Par cette victoire, on s’est fait une santé morale, après le faux pas contre les États-Unis lors du premier match et par la même occasion on se remet à croire plus que jamais à une possible possible qualification au second tour. Nous pensons que ce qui a fait notre force aujourd’hui, c’était la détermination, le travail en équipe, le respect des consignes et surtout l’envie de faire flotter le drapeau camerounais ici en Uruguay.

Je remercie mes coéquipières par la même occasion pour cette belle et brillante victoire. Et dès demain on se remet au travail pour aller arracher notre ticket pour le second tour contre la Corée mercredi prochain. »

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

CDM Uruguay 2018: Stéphane Ndzana salue la victoire de ses pouliches

L’entraîneur des lionnes U17 a exprimé sa satisfaction face à la presse sportive après la victoire de ses pouliches (1-0) lors de leurs deuxième sortie au mondial des U17 face à l’Allemagne samedi dernier. Interview.

« Pour une victoire comme vous le dites nous sommes satisfaits. Tout le monde est joyeux parce que quand on gagne ça donne la joie. Mais je crois que le prochain match est encore plus important que celui-ci. Si jamais nous pouvons le gagner, ça sera encore bien. Et nous allons voir pour la suite.

Au vue du premier match nous avons compris que nous pouvons faire mieux. On n’a eu un discours franc envers les enfants et ils ont compris les leçons qu’on a tirées et cela a pu donner. La détermination dans ce match s’est faite dans la rigueur, l’envie de gagner et aussi on n’a été vraiment décisif.

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

Élections à la Fecafoot: Alassane « C’est un sentiment de satisfaction »

Face à la presse sportive, le nouveau président de la ligue départementale de football du Wouri a exprimé sa joie à l’issu du processus électoral qui s’est déroulé mardi dernier. Interview.

« C’est un sentiment de satisfaction. Les présidents de club de la ligue du Wouri libéré ont prouvé une fois de plus qu’ils ne pouvaient pas vendre leur conscience et je m’en réjouis tellement. Je vais devoir vous dire que je remercie tous les présidents de club de la ligue du wouri qui ont ouvrés pour que cette victoire soit vraiment effective. Et je remercie aussi notre mentor, notre candidat à la région monsieur Eloga qui n’a cessé de nous soutenir pour que pour que nous ayons cette victoire aujourd’hui. Je vais devoir vous dire que je suis très content de cette victoire et les présidents de club et moi nous allons nous atteler à travailler avec ceux qui ne nous ont pas voté afin que nous puissions promouvoir le football dans le département du wouri. »

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

Cameroun-Revue de la presse : Voici les grandes unes des journaux parus ce vendredi 16 novembre

En kiosque ce vendredi 16 novembre 2018 les journaux suivants:

Dur dur d’être journaliste courageux ces derniers temps au Cameroun

La santé n’a pas de prix. Mais l’assurance maladie à coût. Qui va donc payer la note?

Présidence de la république : Franck BIYA prochain président ? C’est la une du quotidien émergence qui relance le débat sur la succession du président de la république du Cameroun Paul Biya. En tout cas rien n’est impossible le Gabon nous parle…

En tout cas il y a toujours les vaches sauf qu’elles sont maigres….

Paul Antanga Nji réceptionne 50 véhicules offerts par le président Paul Biya. C’est la grande une du journal L’expresse.

Ah oui pendant ce temps certains établissements scolaires publiques sont dans un état de délabrement avancé. Et les enseignants sont mal lotis. Quel avenir pour le Cameroun ?

VOX POP: Que pensez vous de la victoire juridique des ex délégués du personnel de la CUD?

La grève de la faim menée par les délégués du personnel de la communauté urbaine de Douala pour revendiquer leurs droits n’a pas eu un échos favorable auprès du délégué de la communauté urbaine de Douala le docteur Fritz Ntone Ntone. Cette grève a eu pour conséquence leur licenciement. Ces derniers ont saisi la justice qui leur a donné gain de cause il y a de cela quelques jours en ordonnant leur réintégration au sein de la CUD. Quelques citoyens ont accepté de donner leur avis sur cette actualité. Réactions.

Web Max :

On se demande s’il existe une justice au Cameroun. Et s’il en existait même pourquoi laisser ces pères de familles dans un désespoir à cause d’un homme qui se prend pour un Dieu d’une structure publique. C’est marrant et scandaleux à la limite.

Éric Hemley:

Est-ce une victoire ou un hymne à la toute puissance du sieur Ntone Ntone ? Quel gâchis pour un homme pourtant brillant.

Serges Abo:

Ce pays changera lorsque ce seront les élus qui prendront le pouvoir à la la place des nominations parfois fantesistes.

Michael Standler:

C’est beau cette victoire en justice. Ils seront réintégrés dans quel pays? Nous sommes un pays de la dérive, là où on n’a institutionnalisé la négation. Sinon pourquoi s’en prendre aux représentants du personnel alors que la loi encadre ce domaine ?

Mr Ntone Ntone ne fait que ce qu’il savent faire dans ce pays. Utiliser de manière abusive leur position de représentant du peuple.

Fernandez Nkadji:

Quand un docteur gère les constructions et le technicien gère les hôpitaux, on ne peut que voir ce genre de choses.

Guy Fekem:

A mon avis, dès la base c’est déjà absurde qu’un médecin de profession et de formation ne soit pas en phase pour l’assurance santé de ses employés au point d’aller en justice avec ce problème. C’est une abomination pour notre pays.

Propos recueillis par Rodrigue Djengoue.